Sur Guidedudos des kinésithérapeutes vous aident à prendre soin de votre dos.

Lombalgies

 Conseils et exercices à mettre en application en cas de lombalgie ou pour en prévenir la survenue

 Automobilisation charnière lombo-sacrée

La charnière lombo sacrée est une zone soumise à d’importantes pressions, cette vidéo vous apprendra à entretenir sa mobilité. Regarder la vidéo

 Automobilisation des vertèbres lombaires

Mobiliser ses vertèbres lombaires est essentiel pour lutter contre les lombalgies. Découvrez des exercices simples.Regarder la vidéo

 Renforcement des muscles lombaires

Une musculature solide au niveau lombaire contribue au maintien d’un dos sain et sujet à moins de douleurs au quotidien. Regarder la vidéo

 Massage de la région lombaire

Ce massage très simple à réaliser vous permettra d’apporter détente, bien-être et relaxation à votre partenaire.  Regarder la vidéo

 Qu’est-ce qu’une lombalgie ?

 Définition

La lombalgie est le terme médical qui désigne les douleurs au bas du dos. Communément appelé tour de rein lorsqu’il s’agit d’un lumbago, c’est la forme de mal de dos la plus fréquente, les vertèbres lombaires étant constamment sollicitées. On estime que près de 70% des personnes souffriront un jour ou l’autre de lombalgie.

On distingue trois types de douleurs :

Les douleurs aiguës qui peuvent durer jusqu’à 4 semaines et qui disparaissent d’elle même la plupart du temps.
Les douleurs subaiguës qui peuvent persister jusqu’à 3 mois et qui peuvent devenir chroniques (il faudra donc veiller à la prendre efficacement en charge au plus tôt).
Et enfin des douleurs chroniques qui durent plus de 3 mois et pour lesquelles il faudra envisager des modifications profondes dans le mode de vie des patients concernés.

 Causes

Les lombalgies peuvent être causées par des anomalies structurelles comme la scoliose (par exemple), des anomalies posturales comme une inégalité de longueur des membres inférieurs ou encore par des contraintes excessives professionnelles ou sportives.

Le port de charges lourdes, les positions assises ou debout prolongées et le manque ou l’excès d’exercice physique sont des causes fréquentes.

Les femmes enceintes sont souvent sujettes aux lombalgies dues à des facteurs hormonaux et au poids pris lors de la grossesse.

Le port de talons hauts, le tabagisme, le stress ou la dépression peuvent également avoir une incidence sur les douleurs lombaires.

 Traitements

Au même titre que pour les dorsalgies, le repos est conseillé mais sur une courte période, un à deux jours maximum, en particulier le repos au lit qui doit être le plus court possible car l’inactivité risque d’entraîner une chronicité de la douleur.

En cas de lombalgie aiguë le médecin pourra prescrire des anti-inflammatoires non stéroïdiens, des relaxants musculaires, voir des antidouleurs plus puissants comme des opiacés.

Les lombalgies chroniques pourront être traitées par des injections de cortisone voire des antidépresseurs. Il faudra y associer, comme pour les lombalgies subaiguës, des exercices physiques pour le renforcement des muscles lombaires et travailler la mobilité de la charnière lombo-sacrée.

Les massages et la physiotérapie contribueront à lutter contre cette pathologie.

Cliquez ici pour obtenir plus d’informations sur les lombalgies

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lombalgie de Wikipédia en français (auteurs)

 Épidémiologie

Les lombalgies affectent une forte majorité de la population. Elles touchent entre 40 et 70 % de la population à un moment ou à un autre. Aux États-Unis seulement, les lombalgies entraînant une incapacité de retourner au travail représentent des coûts directs et indirects évalués entre 40 et 50 milliards de dollars US. Uniquement au Québec, les maux de dos représentaient 30 % de l’ensemble des lésions indemnisées ; pour l’année 2003 seulement, ces lésions entraînaient des débours de plus de 500 millions de dollars canadiens. Chez certains patients lombalgiques, la douleur perdure et s’aggrave au point de limiter considérablement leurs activités quotidiennes, incluant le travail. Des études ont démontré que la fréquence et la gravité des accidents au dos sont trois fois plus élevées chez les travailleurs de la construction que chez ceux des autres secteurs d’activités économiques. Les maux de dos constituent la principale cause d’incapacité à travailler chez les moins de 45 ans et la troisième chez les 45 ans et plus. Il s’agit d’un problème de santé plus coûteux que le sida, le cancer ou les maladies du cœur. En fait, les lombalgies constituent un problème tellement important que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait des années 2000 à 2010 « la décennie des os et des articulations ».

 Symptômes

  • Douleur de la région lombaire, souvent en barre ;
  • survenue brutalement lors d’un effort ;
  • irradiation possible vers les fesses, les cuisses, les genoux ;
  • majoration des douleurs lors des mouvements et des efforts.
  • diminution des douleurs lors du ménagement ou du repos ;
  • accompagnée de radiculalgies ou sciatique ;
  • La durée des symptômes est variable, souvent quelques jours (lombalgie aiguë), parfois plusieurs années (lombalgie chronique).

 Examens paracliniques

Les examens paracliniques sont habituellement inutiles au diagnostic, qui reste clinique. Cependant, dans les lombalgies chroniques une évaluation osseuse (densitométrie et surtout dosage de la vitamine D) est utile. Dans tous les cas, une radiographie standard du rachis lombaire sera réalisée : cliché de profil des vertèbres lombaires et grand cliché de de Sèze.

 Causes

Théoriquement toute lésion du segment mobile intervertébral (ou unité fonctionnelle vertébrale), que l’origine soit discale, articulaire postérieure, ligamentaire, musculaire, osseuse (ostéoporose, ostéomalacie)… En réalité l’atteinte du disque intervertébral semble le dénominateur commun et le primum movens de la plus grande part de la pathologie mécanique lombaire, qu’elle soit favorisée par une anomalie structurelle (spondylolisthésis, anomalie transitionnelle lombo-sacrée, maladie de Scheuermann, scoliose), posturale (inégalité de longueur des membres inférieurs, faible angle d’incidence lombo-pelvienne responsable de lordose insuffisante) ou par des contraintes excessives (professionnelles ou sportives) responsables de lésions dégénératives précoces.

 Traitement

La prise en charge a évolué suivant les pays et les périodes : de plus en plus, la reprise d’une activité physique est préconisée. L’intérêt des différents types de traitement est difficile à évaluer de manière scientifique, les études comparatives étant complexes et rares en dehors des traitements médicamenteux.

  • Modération des efforts sollicitant le dos, cependant les conseils sur le port et les techniques de levage d’objets lourds restent d’efficacité très modérée ;
  • traitement d’une éventuelle obésité ;
  • repos strict au lit déconseillé, sauf brièvement en cas de douleurs intenses ;
  • supplémentation d’une carence éventuelle en Vitamine D ;
  • ceintures et corsets lombaires : ils permettent la reprise rapide de l’activité et sont un rappel à l’ordre contre les postures nocives ; la cicatrisation des disques intervertébraux étant au mieux assurée s’il y a action contre les trois facteurs favorisant les discopathies dégénératives lombaires : l’antéposition du tronc, la perte de lordose lombaire, la rétroversion du bassin ; les corsets d’immobilisation vertébrale lordosants de série type « GP2S » vont dans ce sens ;
  • analgésiques de niveau I selon les critères de l’OMS (paracétamol et ibuprofène) ;
  • myorelaxant ;
  • anti-inflammatoire : ils peuvent théoriquement avoir un intérêt en cas de phénomène inflammatoire clinique (douleurs nocturnes, dérouillage matinal) ou radiologique (discopathies dégénératives avec diffusion inflammatoire dans le corps vertébral (stades MODIC 1)) ; mais une étude démontrerait que les AINS (et les manipulations vertébrales) n’ont aucun effet bénéfique dans les lombalgies aiguës mécaniques en sus du paracétamol et de simples conseils de mode de vie ;
  • médications psychotropes et/ou anticonvulsivantes (amitriptyline, clonazépam, gabapentine…) : intérêt sur la composante neuropathique de la douleur ;
  • infiltration : articulaire postérieure en cas d’arthrose inflammatoire (loco dolenti en cabinet, ou mieux radio-guidée), foraminale sous scanner en cas de radiculalgie avec conflit disco-radiculaire ;
  • une rééducation avec renforcement de l’activité physique, étirements, renforcement musculaire de la ceinture lombo-pelvienne, semble avoir une certaine efficacité dans les lombalgies chroniques, éventuellement aidé par des séances de massage ;
  • manipulation vertébrale : elles ne font pas l’objet de consensus, certains vont même jusqu’à réfuter leur utilité 9 ; la création en France du DIU de médecine manuelle-ostéopathie semble en tout cas une garantie de sérieux dans l’indication et l’application des méthodes manuelles ;
  • médecine non conventionnelle : l’ostéopathie et la chiropratique ; l’acupuncture peut avoir une certaine action sur la douleur et la contracture musculaire, mais de manière transitoire;
  • traitement psycho-social : c’est peut-être le temps le plus important, l’évaluation du stress ainsi que de l’insatisfaction au travail ou personnelle pouvant déboucher sur des changements d’orientation (voir ci-après).

Au cours des 20 dernières années, les connaissances ont évolué sur les aspects cliniques des lombalgies. En France (1981), ce fut sous la direction de Michel Gendrier. Au Canada (1986), un groupe de spécialistes internationaux, sous la direction du Dr. Walter O. Spitzer, avait pour mandat de décrire la fréquence et la distribution des affections vertébrales chez les travailleurs québécois, de proposer une classification des pathologies et des interventions, d’établir des devis d’intervention, de définir des critères de diagnostic et des critères de qualité des soins, de recommander des mesures permettant d’évaluer la qualité des soins et d’identifier des priorités de recherche dans ce domaine. Le groupe de travail a examiné plus de 3 000 dossiers représentatifs de travailleurs compensés pour des problèmes de dos, et a passé en revue plus de 700 articles scientifiques. Le rapport Spitzer a notamment remis en question plusieurs idées préconçues. Contrairement à la croyance populaire, le groupe de travail affirmait qu’il était dans l’intérêt du patient affligé d’un mal de dos de retourner à un travail approprié, malgré les douleurs résiduelles. Il indiquait que l’utilité de la radiographie était limitée et qu’un examen clinique suffit habituellement à identifier la plupart des patients ayant besoin d’une thérapie. Dix ans plus tard, une étude du Department of Health and Human Services des États-Unis confirmait ces résultats étonnants. Quelques années plus tard, des chercheurs britanniques arrivaient aux mêmes conclusions. Puis vint le tour des Australiens, à la fin des années 90, d’inciter leur travailleurs lombalgiques, notamment par une campagne publicitaire à la télévision, à ne pas rester couchés pendant de longues périodes et à demeurer au travail. En 2007, une étude du Centre fédéral d’expertise des soins de santé de la Belgique conclut que le repos aggrave le mal de dos chronique. Cet organisme gouvernemental belge prescrit de faire de l’exercice physique, de reprendre rapidement ses activités et recommande de ne pas multiplier les traitements inutiles, ni de soumettre un patient lombalgique à une multitude de tests, y compris les radiographies.

 Suivi des lombalgies

Indispensable pour éviter le passage à la chronicité :

  • adaptation du comportement à l’effort ;
  • adaptation du poste de travail ;
  • literie récente ;
  • activité physique (gymnastique et natation).

L’incapacité chronique ne touche qu’une faible proportion des personnes lombalgiques. Pourtant, les conséquences d’une telle incapacité s’avèrent dommageables autant pour la société dans son ensemble que pour le travailleur et ses proches (absence prolongée du travail, perte de productivité, douleur incapacitante, perte de qualité de vie, difficultés conjugales et familiales, coûts d’indemnisation élevés, frais médicaux substantiels, etc.). La prévention de l’incapacité chronique demeure donc une préoccupation majeure. Des études permettent toutefois de mieux comprendre la dynamique complexe du développement de l’incapacité chronique liée aux maux de dos. Elles ont récemment mis en lumière que l’exposition à des facteurs de stress, combinée à la croyance que l’activité physique est nuisible pour le mal de dos, contribue à la détresse émotionnelle d’une personne. Dans cette situation, une victime de lombalgie évite toute activité physique, ce qui a pour conséquence de favoriser l’accroissement des incapacités. La recherche révèle qu’une perception négative des pratiques en SST augmente les peurs par rapport à l’emploi ; le travailleur craignant un retour au travail, de même que la possibilité de s’y blesser à nouveau.

De plus, les résultats suggèrent que l’incapacité chronique de retourner au travail serait associée à une diminution de la sécrétion des hormones préparant l’organisme à faire face au stress. Bien qu’elle devra être confirmée par d’autres études, cette hypothèse pourrait mener à déterminer quels sont les mécanismes qui expliquent, par exemple, le lien entre la détresse psychologique et l’incapacité chronique ou prolongée.

 Autres vidéos utiles

 Auto-étirements globaux du dos

Mettez en application ces quelques exercices d’auto-étirement afin de gagner en souplesse et en détente globale du dos. Regarder la vidéo

 5 exercices pour soulager le dos 

Au travail ou devant la télévision, voici 5 exercices très simples pour décontracter toute votre colonne vertébrale. Regarder la vidéo

 Accédez gratuitement à toutes les vidéos

En vous inscrivant 100% GRATUITEMENT vous rejoignez les milliers d’inscrits de la « Communauté Projet Santé » et accédez à tous les contenus réservés aux membres. Cliquez ici pour en savoir plus

 

 

 Zoom sur des pathologies liées au rachis lombaire

 La sciatique

La sciatique est une pathologie fréquente qui concerne 5 à 10% des patients souffrant de dorsalgies. Regarder la vidéo

 La hernie discale

Saillie d’un disque intervertébral dans le canal rachidien, surtout au niveau des dernières vertèbres lombaires. Regarder la vidéo

 Le lumbago

Autrement appelé mal de reins ou tour de reins, les lombalgies concernent entre 40 et 70% de la population. Regarder la vidéo

 L’arthrose dorso-lombaire

Dossier spécial sur l’arthrose dorso-lombaire à découvrir sur guide-arthrose.comGuide-arthrose

Haut de Page